Dolmens et menhirs

 

Dolmens
Album : Dolmens

8 images
Voir l'album

D’éminents archéologues ont largement raconté l’histoire des dolmens et menhirs, et loin de nous l’idée de présenter, à notre tour, un traité de préhistoire régionale. Nous essayons simplement d’ajouter quelques pages à la connaissance des monuments mégalithiques avec les cartes postales.

Nous avons puisé nos renseignements dans les ouvrages de l’Abbé NOUEL et ceux publiés par la Société Dunoise, les Naturalistes Orléanais, la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais et la Fédération Archéologique du Loiret.

L’abbé Nouel, grand archéologue, écrit en 1960 : …[dans le sud du Bassin parisien, nous avons relevé un total de près de 190 dolmens et de 117 menhirs qui se répartissent ainsi :

  • Eure et Loir : 101 dolmens (dont 55 encore visibles) – 32 menhirs (dont 15 encore visibles)
  • Loiret : 25 dolmens (7 visibles) – 28 menhirs (21 visibles)
  • Loir et Cher : 61 dolmens (38 visibles) – 27 menhirs (22 visibles)
  • Seine et Marne (Gâtinais) : 4 dolmens (2 visibles) – 20 menhirs (18 visibles)
  • Yonne (N.O. du département) : 10 menhirs (6 visibles]…

Les dolmens sont abondants en Beauce et autour du Loir, très rares dans le Gâtinais, absents en Forêt d’Orléans, en Sologne ou le long de la Loire.

Les menhirs ne manquent pas le long du Loir, se raréfient en Beauce et abondent dans le Gâtinais.

Les textes concernant le département du Loiret sont extraits des articles parus dans le « CARTO », bulletin trimestriel du Cercle des Cartophiles du Loiret, numéros 78, 79, 80, 81.

Qu’est-ce qu’un monument mégalithique ? « Ce sont de grosses pierres », G. FLAUBERT – La prise de conscience de ses étranges constructions ne s’est faite que très progressivement, parallèlement à l’émergence de la préhistoire en général. Le terme « mégalithic » semble avoir été utilisé pour la première fois en 1839 par un érudit anglais, le Révérend HERBERT. Le mot ne s’est imposé en France que dans les années 1860 – Son usage fut entériné par le Congrès International d’ Anthropologie de Paris en 1867.

Etymologiquement tiré du Grec – Méga = grand et Lithos = pierre – L’adjectif mégalithique désigne alors les constructions en blocs bruts simplement assemblés, mais sans vraiment préjuger ni de leur fonction ni de leur âge, qui étaient encore, à l’époque, objet de discussions.

Les progrès de la recherche ont permis de préciser ces deux points. Ils ont aussi montré que les structures mégalithiques proprement dites n’étaient bien souvent que l’ossature de monuments plus complexes, faisant aussi appel à d’autres techniques de constructions (maçonnerie sèche, terre, bois)….

Textes extraits du bulletin hors série :

DOLMENS ET MENHIRS en LOIRET, EURE-ET-LOIR et LOIR-ET-CHER (1)

Sommaire : Repères – Les Menhirs – Les dolmens – Les Mégalithes dans le Loiret – Les Mégalithes dans l’Eure-et-Loir – Les Mégalithes dans le Loir-et-Cher.

(1) – cet ouvrage épuisé, se trouve dans la bibliothèque du Cercle

 

 

 


Répondre

Bvillemusique |
I lumé quendé |
Association des Parents et ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | qafaray qafaree
| CNAPEST-Elargi Tizi Ouzou
| UN PAS POUR PÉRINE