Thématique : « LA VÉNERIE »

 

La vénerie
Album : La vénerie

9 images
Voir l'album

Qu’est-ce que la Vénerie ? :

Chasse royale et spécifiquement française, la vénerie est un art  plus qu’un sport – Elle fut même à une époque, protégée, car c’était la seule façon de défendre certains hameaux contre les hordes de loups.  La vénerie se décompose en deux groupes :  la « Grande« , courant cerfs, chevreuils, sangliers et,
la « Petite », courant lièvres et renards – La première exige une quantité de chiens plus importante et se pratique obligatoirement à cheval – 
La seconde nécessite seulement une quinzaine de chiens et se pratique généralement à pieds – La grande vénerie se déroule en forêt, non en vase clos, ce qui permet à tous, amateurs ou non, de suivre un laisser-courre.
La vénerie autrefois pratiquée par les monarques et seigneurs, s’est ouverte au XX siècle sur un public plus vaste –  Le nombre global des membres des équipages est environ de dix mille et celui des supporters « suiveurs » est de dix fois plus élevé.  La technique du courre, consistant à prendre un gibier avec une meute de chiens courants, est connue depuis deux millénaires et peu de chose a changé- La vénerie s’ordonne autour du chien dont les aptitudes naturelles ne changent pas et des espèces chassées dont les défenses naturelles ne changent pas plus. En règle première, la chasse à courre consiste, en grande vénerie, à mettre sur pied le cerf rembuché le matin par le limier et son valet, à l’attaquer ou le lancer, et à le suivre à « cor et à cris », en essayant de déjouer ses ruses – Pas d’accessoires, d’embûches pouvant empêcher cet animal d’aller où il veut – C’est donc uniquement une lutte entre la ruse du cerf, l’intelligence de l’homme et l’instinct du chien. Il existe environ soixante quatre fanfares de circonstances – Elles renseignent sur les péripéties du laisser-courre, sur les incidents….et permettent, tout en ménageant sa monture, de savoir à tout moment comment se déroule la chasse – Chaque équipage a sa fanfare personnelle qui l’identifie et le fait reconnaître- Il en est de même de la tenue qui va du bleu à parements rouges, au vert à parements gris, au jaune jonquilles à parements bordeaux.

Les chiens -Dans la meute chaque animal, marqué à l’initiale de l’équipage, a son caractère, ses qualités et ses défauts – L’homme, c’est à dire le piqueur, doit les connaître à fond afin d’harmoniser au mieux l’ensemble pour arriver au point final, l’ « Hallali » – Les chiens chassent pour la viande selon les lois de la nature et il leur est nécessaire d’en manger pour être « créancés » – C’est l’hérédité de leur race qui l’exige – En France, on compte sept grandes races de chiens de vénerie.

Textes extraits de « La Vénerie en Région Centre » – Cercle des Cartophiles du Loiret – bulletin  Hors Série N° 16 – Décembre 2003. -

 


Un commentaire

  1. Emmanuel COURTOIS dit :

    Habitant Cour-Cheverny et étant suiveur habituel de l’Equipage de Cheverny, j’aimerai savoir s’il est possible de se procurer encore le numéro hors série n°16 de décembre 2003 concernant la Vénerie en Région Centre
    Merci d’avance

Répondre

Bvillemusique |
I lumé quendé |
Association des Parents et ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | qafaray qafaree
| CNAPEST-Elargi Tizi Ouzou
| UN PAS POUR PÉRINE